Oiseaux vivants : contraintes de transport au 01 Juillet 2018

0 Flares 0 Flares ×

Une volonté de stopper le commerce des oiseaux vivants ?

Bien alors, comme une bonne nouvelle ne suffit pas, en voici une deuxième qui concerne les OISEAUX et leur transport.

Cet arrêté du 18 Mars 2018 s’applique au transport par véhicules routiers d’oiseaux vivants, à l’exception des transports réalisés par des particuliers concernant trente animaux ou moins. (Donc pas de souci entre votre magasin et le domicile du client)

En clair, voici les contraintes liées au transport entre chez votre fournisseur et votre magasin :

Mise en application le 01 Juillet 2018

1- Le transporteur s’assure que son camion est, et doit être désinfectable, les animaux doivent pouvoir être observés, les plumes et duvets ne peuvent pas sortir du camion, pas de perte de litière

2- Le transfert d’oiseaux depuis un véhicule vers un autre ne peut s’effectuer que dans un centre de rassemblement agréé. Ce qui veut dire que si vos oiseaux viennent de l’autre bout de la France, et qu’il y a transbordement des colis, cela doit se faire dans un centre agréé, et non pas dans les dépots du transporteur …

3- Le transporteur s’assure que le responsable de l’exploitation ou son représentant soit présent lors du chargement ou du déchargement des animaux. Donc en clair, le capacitaire doit être présent au niveau du camion lors de l’arrivée du chauffeur.

4- Après chaque livraison, le transporteur devra nettoyer son camion selon le protocole suivant :

a) Prélavage par détrempage des surfaces à l’eau et élimination mécanique des souillures ;
b) Nettoyage à l’eau chaude (au minimum 70°C) non recyclée à l’aide d’un produit détergent associé à une action mécanique (brossage, raclage ou jet haute pression), en veillant à respecter la concentration et le temps d’action indiqués sur la fiche technique du détergent utilisé ;
c) Rinçage à l’eau chaude (au minimum 50°C) non recyclée ;
d) Application d’un produit désinfectant bactéricide, virucide et fongicide autorisé, en veillant à respecter la concentration et le temps d’action indiqués sur la fiche technique du désinfectant utilisé ;
e) Séchage sans rinçage préalable.

5- Le transporteur garantit, à tout moment, que le personnel assurant le transport des animaux possède les aptitudes, les compétences professionnelles, les informations et les connaissances nécessaires pour limiter les risques de propagation des maladies par le transport d’animaux vivants.
En gros, le transporteur devra former ses chauffeurs, et il devra leur fournir les EPI nécessaires à leur sécurité lors des manipulations des oiseaux.

6- 1. Les transporteurs tiennent et conservent des registres contenant au moins les informations suivantes :
– l’origine et l’espèce des animaux et leur propriétaire ;
– le lieu de départ ;
– la date et l’heure de départ ;
– le lieu de destination prévu ;
– la durée escomptée du voyage prévu ;
– les opérations de nettoyage et de désinfection appliquées (procédure, lieu et date) ;
– la liste, la date et le résultat des auto-contrôles réalisés, ainsi que, le cas échéant, les mesures correctives
appliquées ;
– la date et la nature des formations à la biosécurité suivies par le personnel, ainsi que les certificats de formation reçus, le cas échéant.
Les registres sont tenus et conservés sur papier ou support électronique.
2. Les transporteurs tiennent les registres visés au paragraphe 1 dans les véhicules pendant la durée du transport concerné et les conservent pendant une durée minimale de trois ans.

Donc à compter du 01/07/18, France Express ou tout autre transporteur va-t-il pouvoir vous livrer des oiseaux vivants ?